Philibert BUGNYON (v.1530-1587)
D’une Junon…
Lyon, Jean Temporal, 1557.
ouvrir sur Gallica : sonnet III, p. 11.

D’une Junon la gravité modeste,
D’une Pallas la science divine,
D’une Vénus la légiadrie insigne,
Pour l’ardent Mars trop superbe conquête :

De Tyndaris le tant louable geste,
Le teint vermeil, la chevelure orine,
Qui la blancheur de l’Aurore voisine,
Quand pour vous luire elle-même s’apprête :

La chasteté d’une Veste sacrée
Et l’équité d’une céleste Astrée
Lampège en vous, honorande Cypris.

Ô bienheureux qui votre amant sera,
Ô plus heureux qui vous épousera,
Et recevra d’amitié le haut prix !

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

D’une Junon la gravité modeste,
D’une Pallas la science divine,
D’une Vénus la légiadrie insigne,
Pour l’ardent Mars trop superbe conquête :

De Tyndaris le tant louable geste,
Le teint vermeil, la chevelure orine,
Qui la blancheur de l’Aurore voisine,
Quand pour vous luire elle-même s’apprête :

La chasteté d’une Veste sacrée
Et l’équité d’une céleste Astrée
Lampège en vous, honorande Cypris.

Ô bienheureux qui votre amant sera,
Ô plus heureux qui vous épousera,
Et recevra d’amitié le haut prix !

 

En ligne le 25/06/11.
Dernière révision le 03/03/17.