Pierre de BRACH (v.1548-1605)
Vos vent, vous nautonier…
Bordeaux, Simon Millanges, 1576.

VOus vent, vous nautonier, vous rivière cruelle,
Pourquoi m’emmenez-vous ce que j’aime le mieux,

Soufflant, tirant, portant, même devant mes yeux,
Et la voile, et la rame, et la vite nacelle,

Le souffler, et les nerfs, et la course éternelle
Du gosier, et des bras, et des flots envieux,
Du vent, du nautonier, du fleuve audacieux
Puisse cesser, roidir, perdre son cours rebelle
.

Et pour voir advenir ce que j’ai souhaité,
Puisse Éole, la goutte, et le chien de l’Été,
Par force, par douleur, et par grand’ sécheresse

Brider, roidir, tarir le vent, les nerfs, et l’eau :
Tellement que le vent, le bras, et l’eau délaisse
D’enfler, tirer, porter, voile, rame, bateau.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

VOus vent, vous nautonier, vous rivière cruelle,
Pourquoi m’emmenez-vous ce que j’aime le mieux,

Soufflant, tirant, portant, même devant mes yeux,
Et la voile, et la rame, et la vite nacelle,

Le souffler, et les nerfs, et la course éternelle
Du gosier, et des bras, et des flots envieux,
Du vent, du nautonier, du fleuve audacieux
Puisse cesser, roidir, perdre son cours rebelle
.

Et pour voir advenir ce que j’ai souhaité,
Puisse Éole, la goutte, et le chien de l’Été,
Par force, par douleur, et par grand’ sécheresse

Brider, roidir, tarir le vent, les nerfs, et l’eau :
Tellement que le vent, le bras, et l’eau délaisse
D’enfler, tirer, porter, voile, rame, bateau.

 

En ligne le 13/07/09.
Dernière révision le 22/10/11.