Rémy BELLEAU (1528-1577)
Amour étant lassé…
Paris, Gilles Gilles, 1565.
ouvrir sur Gallica : La Bergerie, p. 63.

Amour estant lassé de trainer par les cieux
Son arc, son feu, ses trets, & son aelle couriere,
Son carquois, son bandeau, promptement delibere
De donner à son dos quelque repos heureux.

Il voute en deux sourcils son arc dessus vos yeux,
Il rend à vostre cueur, sa flamme prisonniere,
Au rayon de vos yeux, sa sagette meurdriere,
Ses aelles, il les pend à voz crespes cheueux.

Il cache son carquois, sous l’enflure iumelle
De ce marbre abouty d’vne fraize nouuelle,
De son voille couurant vostre visage beau.

Ainsi s’est desarmé, & en vous ont pour place
L’arc, les feux, & les trets, l’aelle trousse, & bandeau,
Le sourcy, le cueur, l’œil, le poil, le sein, la face.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Amour estant lassé de trainer par les cieux
Son arc, son feu, ses trets, & son aelle couriere,
Son carquois, son bandeau, promptement delibere
De donner à son dos quelque repos heureux.

Il voute en deux sourcils son arc dessus vos yeux,
Il rend à vostre cueur, sa flamme prisonniere,
Au rayon de vos yeux, sa sagette meurdriere,
Ses aelles, il les pend à voz crespes cheueux.

Il cache son carquois, sous l’enflure iumelle
De ce marbre abouty d’vne fraize nouuelle,
De son voille couurant vostre visage beau.

Ainsi s’est desarmé, & en vous ont pour place
L’arc, les feux, & les trets, l’aelle trousse, & bandeau,
Le sourcy, le cueur, l’œil, le poil, le sein, la face.

 

En ligne le 18/01/06.
Dernière révision le 15/05/19.