Jean Antoine de BAÏF (1532-1589)
Haute beauté…
Paris, veuve Maurice de La Porte, 1552.
ouvrir sur Gallica : Premier livre, p. 27.

Haute beauté dans vne humble pucelle,
Vn beau parler plein de graue douceur,
Sous blondz cheueux vn auantchenu cueur,
Vn chaste sein ou la vertu se cele:

En corps mortel vne grace immortelle,
En douceur fiere vne douce rigueur,
En sage esprit vne gaye vigueur,
En ame simple vne sage cautele:

Et ces beaux yeux mouueurs de mes ennuis,
Yeux suffisantz pour eclersir les nuitz,
Qui font sentir aux plus transis leur flame,

Sont les larrons (& point ie ne m’en deux)
Qui, me guettans au passage amoureux,
Au depourueu me rauirent mon ame.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Haute beauté dans vne humble pucelle,
Vn beau parler plein de graue douceur,
Sous blondz cheueux vn auantchenu cueur,
Vn chaste sein ou la vertu se cele:

En corps mortel vne grace immortelle,
En douceur fiere vne douce rigueur,
En sage esprit vne gaye vigueur,
En ame simple vne sage cautele:

Et ces beaux yeux mouueurs de mes ennuis,
Yeux suffisantz pour eclersir les nuitz,
Qui font sentir aux plus transis leur flame,

Sont les larrons (& point ie ne m’en deux)
Qui, me guettans au passage amoureux,
Au depourueu me rauirent mon ame.

 

En ligne le 15/09/12.
Dernière révision le 21/10/18.