Loys LE CARON (1534-1613)
Les dieux enfin…
Paris, Vincent Sertenas, 1554.
ouvrir sur Gallica : Sonnets, 7, f° 4v°.

Les dieux en fin des hommes amoureux
Tous estonnez de voir reluirɇ encore
Le feu raui par le saige, qui dore
Plus que iamais le monde desireux

Eurent pitié de leurs maux langoureux,
Et pour bannir la vulgaire Pandore
Par Apollon ont faict façonner ore
Le don diuin plus que feut l’autre heureux.

Pallas voulut t’estrenner la premiere
De sa prudence, & Phœbus de lumiere,
De sa beauté Venus te decora,

Le Nomien t’enrichit de faconde,
Ceres donna sa richesse feconde,
Ma Claire ainsi chasqu’vn Dieu t’honnora.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Les dieux en fin des hommes amoureux
Tous estonnez de voir reluirɇ encore
Le feu raui par le saige, qui dore
Plus que iamais le monde desireux

Eurent pitié de leurs maux langoureux,
Et pour bannir la vulgaire Pandore
Par Apollon ont faict façonner ore
Le don diuin plus que feut l’autre heureux.

Pallas voulut t’estrenner la premiere
De sa prudence, & Phœbus de lumiere,
De sa beauté Venus te decora,

Le Nomien t’enrichit de faconde,
Ceres donna sa richesse feconde,
Ma Claire ainsi chasqu’vn Dieu t’honnora.

 

En ligne le 15/03/18.
Dernière révision le 01/09/19.