Guillaume DES AUTELS (1529-1581)
Mon cœur, ma voix, ma main…
Lyon, J. de Tournes et G. Gazeau, 1551.
ouvrir sur Gallica : La Suite du Repos, pp. 105-106.

De son heureuse infélicité,
et triste liesse.

Mon cœur, ma voix, ma main, et mes deux yeux
Par pensement, par chants, par écriture,
Et par cent fois répétée lecture
Prennent ébat tristement gracieux :

Le cœur heureux ne pourrait avoir mieux
Que sur son aile Amour par grande cure
Porte au plus beau que fit onques Nature
En le logeant plus dignement qu’aux Cieux
.

Mais cette voix, cette main, cette vue,
Pour ne se faire ouïr, pour ne toucher,
Et pour ne voir la chose d’esprit vue,

Plaintes, écrits, et pleurs me font lâcher,
Tant que le cœur à pitié incité
Triste devient en sa félicité
.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

De son heureuse infélicité,
et triste liesse.

Mon cœur, ma voix, ma main, et mes deux yeux
Par pensement, par chants, par écriture,
Et par cent fois répétée lecture
Prennent ébat tristement gracieux :

Le cœur heureux ne pourrait avoir mieux
Que sur son aile Amour par grande cure
Porte au plus beau que fit onques Nature
En le logeant plus dignement qu’aux Cieux
.

Mais cette voix, cette main, cette vue,
Pour ne se faire ouïr, pour ne toucher,
Et pour ne voir la chose d’esprit vue,

Plaintes, écrits, et pleurs me font lâcher,
Tant que le cœur à pitié incité
Triste devient en sa félicité
.

 

En ligne le 25/11/07.
Dernière révision le 10/03/16.