Jean Antoine de BAÏF (1532-1589)
Doux dédain, douce paix…
Paris, André Wechel, 1555.

«««

textes de
Baïf

»»»


 

ana­phore de
« doux »
(vers 1-4)

»»»


«««

imi­ta­tion de
Dolci ire…

»»»

ouvrir sur Gallica : Second Livre, f° 64r°.

Doux dedain, douce paix qu’un doux courroux ameine,
Doux regard, doux maintien, doux parler, beauté douce,
Doux trait, que dans mon cueur Amour doucement pousse,
Douceur, du doux brazier de l’amour, toute pleine.

Ame defache toy, cesse ta plainte uaine,
Et plus contre ton heur folle ne te courrouce,
Mais remercie Amour, qui choisit dans sa trousse,
Le trait, qui d’un doux coup te tient en douce peine.

Peut estre, un iour quelcun piqué de douce enuie
En soupirant dira. Qu’en une douce flame
D’une tresdouce amour, cét home usa sa uie!

O beauté seul honeur de la race mortelle,
(Dira l’autre) pour quoy du tems de cette dame
Ne naqui-ie, ou pour quoy du mien ne naquit elle!

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

«««

textes de
Baïf

»»»

«««

1555

»»»

 

ana­phore
de « doux »

»»»



texte
moder­nisé



~#~

Doux dedain, douce paix qu’un doux courroux ameine,
Doux regard, doux maintien, doux parler, beauté douce,
Doux trait, que dans mon cueur Amour doucement pousse,
Douceur, du doux brazier de l’amour, toute pleine.

Ame defache toy, cesse ta plainte uaine,
Et plus contre ton heur folle ne te courrouce,
Mais remercie Amour, qui choisit dans sa trousse,
Le trait, qui d’un doux coup te tient en douce peine.

Peut estre, un iour quelqcun piqué de douce enuie
En soupirant dira. Qu’en une douce flame
D’une tresdouce amour, cét home usa sa uie!

O beauté seul honeur de la race mortelle,
(Dira l’autre) pour quoy du tems de cette dame
Ne naqui-ie, ou pour quoy du mien ne naquit elle!

 

En ligne le 26/02/16.
Dernière révision le 22/10/18.