Agrippa d’AUBIGNÉ (1552-1630)
La flûte qui joua…
1616.

[…] 
La flûte qui joua fut la publique foi,
On pipa de la paix et d’amour de son Roi,
Comme un pêcheur, chasseur, ou oiseleur appelle
Par l’appât le gagnage ou l’amour de femelle,
Sous l’herbe dans la nasse, aux cordes, aux gluaux
Le poisson abusé, les bêtes, les oiseaux.

Voici venir le jour, jour que les destinées
Voyaient à bas sourcils glisser de deux années,
Le jour marqué de noir, le terme des appâts :
Le Soleil s’arrêta, voulut tourner ses pas,
À regret il tira son front pâle des ondes
Transi de se mirer en nos larmes profondes,

[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 
La flûte qui joua fut la publique foi,
On pipa de la paix et d’amour de son Roi,
Comme un pêcheur, chasseur, ou oiseleur appelle
Par l’appât le gagnage ou l’amour de femelle,
Sous l’herbe dans la nasse, aux cordes, aux gluaux
Le poisson abusé, les bêtes, les oiseaux.

Voici venir le jour, jour que les destinées
Voyaient à bas sourcils glisser de deux années,
Le jour marqué de noir, le terme des appâts :
Le Soleil s’arrêta, voulut tourner ses pas,
À regret il tira son front pâle des ondes
Transi de se mirer en nos larmes profondes,

[…] 

 

En ligne le 01/12/11.
Dernière révision le 11/03/15.