Pierre de CORNU (1558-1622)
Avant que Phelipot…
Lyon, Jean Huguetan, 1583.

«««

textes de
Cornu

 


 

 
 
 

 


«««

»»»


«««

propos :
la constance dans l’amour

»»»

[…] 

phelipot.

[…] 
Et soit jour, ou soit nuit, je ne pense qu’en toi
Qui seule peux chasser mon chaleureux émoi,
D’un clin d’œil seulement parsemant dans mon âme
Un remède à l’horreur de ma brûlante flamme :
Témoin m’en soit ce chêne, où avec un couteau
J’ai gravé ce quatrain lequel me semble beau.

avant que phelipot laisse sa francion,
diminuant l’ardeur de son affection,
les ruisseaux refuiront jusque dans leur fontaine,
le bouc sera sans barbe et la brebis sans laine.

[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 

phelipot.

[…] 
Et soit jour, ou soit nuit, je ne pense qu’en toi
Qui seule peux chasser mon chaleureux émoi,
D’un clin d’œil seulement parsemant dans mon âme
Un remède à l’horreur de ma brûlante flamme :
Témoin m’en soit ce chêne, où avec un couteau
J’ai gravé ce quatrain lequel me semble beau.

avant que phelipot laisse sa francion,
diminuant l’ardeur de son affection,
les ruisseaux refuiront jusque dans leur fontaine,
le bouc sera sans barbe et la brebis sans laine.
 

[…] 
 

 

En ligne le 22/06/14.
Dernière révision le 22/06/14.