Mellin de SAINT-GELAIS (1487-1558)
Il n’est point tant…
Paris, 1873 [fac-similé, 1970].

«««

textes de
Saint-Gelais

 


«««

dispo­sition du
pré­ambule
(vers 1-13)

»»»


«««

»»»


 

imi­tation de Burchiello

»»»

Il n’est point tant de barques à Venise,
D’huîtres à Bourg, de lièvres en Champagne,
D’ours en Savoie, et de veaux en Bretagne,
De Cygnes blancs le long de la Tamise,

Ni tant d’Amours se traitent en l’église,
De différends aux peuples d’Allemagne,
Ni tant de gloire à un seigneur d’Espagne,
Ni tant se trouve à la Cour de feintise,

Ni tant y a de monstres en Afrique,
D’opinions en une république,
Ni de pardons à Rome aux jours de fête,

Ni d’avarice aux hommes de pratique,
Ni d’arguments en une Sorbonique,
Que m’amie a de lunes en la tête.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Il n’est point tant de barques à Venise,
D’huîtres à Bourg, de lièvres en Champagne,
D’ours en Savoie, et de veaux en Bretagne,
De Cygnes blancs le long de la Tamise,

Ni tant d’Amours se traitent en l’église,
De différends aux peuples d’Allemagne,
Ni tant de gloire à un seigneur d’Espagne,
Ni tant se trouve à la Cour de feintise,

Ni tant y a de monstres en Afrique,
D’opinions en une république,
Ni de pardons à Rome aux jours de fête,

Ni d’avarice aux hommes de pratique,
Ni d’arguments en une Sorbonique,
Que m’amie a de lunes en la tête.

 

En ligne le 20/08/06.
Dernière révision le 05/02/16.