Clovis HESTEAU (?-?)
Ta vertu, ta bonté…
Paris, Abel L’Angelier, 1578.

Ta vertu, ta bonté, & ta rare valeur,
M’ont tellement charmé les yeux, les sens, & l’ame:
Qu’il n’y a trait, lien, ny amoureuse flame,
Qui plus blece, garrotte, & embrase autre cueur.

C’est le fer, le cordeau, & l’ardant feu vainqueur,
Qui me poinct, qui me tient, qui viuement m’enflame:
C’est l’vnguent, le couteau, & l’eau que ie reclame,
Pour guarir, deslier, & dompter mon ardeur.

Voila ceste vnité qui (soudain t’ayant veuë)
Entama, prit, brusla, ma pauure ame deceuë:
Mais la voix, le poil, l’œil qu’il me faut adorer,

C’est le trait, c’est le rets, c’est la viue estincelle,
Qui me poinct, prend, & brusle en t’aimant ma rebelle,
L’vnguent, le glaiue & l’eau, qui me peut restorer.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Ta vertu, ta bonté, & ta rare valeur,
M’ont tellement charmé les yeux, les sens, & l’ame:
Qu’il n’y a trait, lien, ny amoureuse flame,
Qui plus blece, garrotte, & embrase autre cueur.

C’est le fer, le cordeau, & l’ardant feu vainqueur,
Qui me poinct, qui me tient, qui viuement m’enflame:
C’est l’vnguent, le couteau, & l’eau que ie reclame,
Pour guarir, deslier, & dompter mon ardeur.

Voila ceste vnité qui (soudain t’ayant veuë)
Entama, prit, brusla, ma pauure ame deceuë:
Mais la voix, le poil, l’œil qu’il me faut adorer,

C’est le trait, c’est le rets, c’est la viue estincelle,
Qui me poinct, prend, & brusle en t’aimant ma rebelle,
L’vnguent, le glaiue & l’eau, qui me peut restorer.

 

En ligne le 01/12/04.
Dernière révision le 27/11/19.