Robert GARNIER (v.1545-1590)
Que bien vrai le chantre sacré…
Paris, Mamert Patisson, 1579.

[…] 

Que bien vray le chantre sacré,
Fils de la belle Calliope,
A dit, pinçant son Lut sucré
Sur la Thracienne Rhodope,
Que rien en ce globeux seiour
N’est si franc de la main d’Atrope
Qu’il ne perisse quelque iour.

Le Pole Austral tombera
Dessus l’Afrique rostie:
Et l’Arctique accablera
Les campagnes de Scythie:
Le iournal Soleil qui luit,
Teindra sa torche amortie
Aux tenebres de la nuit.

Ainsi rechanta quelquefois
Sur la croupe Sithonienne
Orphé, qui oreilla les bois
Au son de sa lyre ancienne,
Ayant perdu à son retour,
Dans la caue Plutonienne
Eurydice son chaste amour.

[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 

Que bien vray le chantre sacré,
Fils de la belle Calliope,
A dit, pinçant son Lut sucré
Sur la Thracienne Rhodope,
Que rien en ce globeux seiour
N’est si franc de la main d’Atrope
Qu’il ne perisse quelque iour.

Le Pole Austral tombera
Dessus l’Afrique rostie:
Et l’Arctique accablera
Les campagnes de Scythie:
Le iournal Soleil qui luit,
Teindra sa torche amortie
Aux tenebres de la nuit.

Ainsi rechanta quelquefois
Sur la croupe Sithonienne
Orphé, qui oreilla les bois
Au son de sa lyre ancienne,
Ayant perdu à son retour,
Dans la caue Plutonienne
Eurydice son chaste amour.

[…] 

 

En ligne le 02/06/11.
Dernière révision le 12/12/12.