Joachim BLANCHON (?-?)
Le Roi du jour…
Paris, Thomas Périer, 1583.

«««

textes de
Blan­chon

»»»


«««

dispo­si­tion du
préam­bule
(vers 1-6, 9-11)

»»»


«««

»»»


«««

propos :
les grâces
de l’aimé(e)

»»»

Le Roy du iour tant de rayons n’eslance,
Tant de flambeaux dedans le Ciel ne drilhent,
Ny tant de fleurs les Auettes ne pilhent,
Lors qu’au Printemps fleurent leur excellence,

Ny tant de grains l’Esté ne nous aduance
Ny dans le feux d’extincelles ne brilhent,
Que de Beautez en Madame formilhent,
Et de Vertus elle à en abondance.

Ny tant d’Oyseaux ne sont hostez de l’æir,
Ny de Poissons ne frequentent la Mer,
Ny l’Ocean ne porte tant de Voiles

Que de beaux dons on la void heriter,
Et n’est en moy de les pouuoir conter,
Non plus qu’au Ciel calculer les Estoilles.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Le Roy du iour tant de rayons n’eslance,
Tant de flambeaux dedans le Ciel ne drilhent,
Ny tant de fleurs les Auettes ne pilhent,
Lors qu’au Printemps fleurent leur excellence,

Ny tant de grains l’Esté ne nous aduance
Ny dans le feux d’extincelles ne brilhent,
Que de Beautez en Madame formilhent,
Et de Vertus elle à en abondance.

Ny tant d’Oyseaux ne sont hostez de l’æir,
Ny de Poissons ne frequentent la Mer,
Ny l’Ocean ne porte tant de Voiles

Que de beaux dons on la void heriter,
Et n’est en moy de les pouuoir conter,
Non plus qu’au Ciel calculer les Estoilles.

 

En ligne le 18/11/07.
Dernière révision le 19/05/19.