Pierre de RONSARD (1524-1585)
Par un destin…
Paris, veuve Maurice de La Porte, 1552.
ouvrir sur Gallica : Sonnets, p. 13.

Par vn destin dedans mon cuœur demeure,
L’œil, & la main, & le crin delié,
Qui m’ont si fort, bruslé, serré, lié,
Qu’ars, prins, lassé, par eulx fault que ie meure.

Le feu, la serre, & le ret à toute heure,
Ardant, pressant, nouant mon amitié,
Occise aux piedz de ma fiere moitié
Font par sa mort ma vie estre meilleure.

Oeil, main, & crin, qui flammez & gennez,
Et r’enlassez mon cuœur que vous tenez
Au labyrint de vostre crespe voye.

Hé que ne suis ie Ouide bien disant !
Oeil tu seroys vn bel Astre luisant,
Main vn beau lis, crin vn beau ret de soye.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Par vn destin dedans mon cuœur demeure,
L’œil, & la main, & le crin delié,
Qui m’ont si fort, bruslé, serré, lié,
Qu’ars, prins, lassé, par eulx fault que ie meure.

Le feu, la serre, & le ret à toute heure,
Ardant, pressant, nouant mon amitié,
Occise aux piedz de ma fiere moitié
Font par sa mort ma vie estre meilleure.

Oeil, main, & crin, qui flammez & gennez,
Et r’enlassez mon cuœur que vous tenez
Au labyrint de vostre crespe voye.

Hé que ne suis ie Ouide bien disant !
Oeil tu seroys vn bel Astre luisant,
Main vn beau lis, crin vn beau ret de soye.

 

Version de 1553 en ligne le 01/01/05,
remplacée par celle de 1552 le 24/02/13.
Dernière révision le 24/01/18.