Marc Papillon de LASPHRISE (1555-1599)
Je penserais plutôt…
Paris, Jean Gesselin, 1597.

«««

textes de
Las­phrise

»»»


«««

dispo­si­tion du
pré­am­bule
(vers 1-7)

»»»


«««

»»»


 

propos :
la constance dans la défiance

 

IE penseroy plustost la mer non variable,

Le beau Prin-temps sans fleurs, le mois d’Aoust sans moissons,
Le froidureux hyuer sans neige, sans glaçons,
Et le pauure idiot aduisément croyable.

Ie penseroy plustost le bon-heur abhorrable,
L’Automne sans fruictage, & sans nulles boissons,
Le monde sans enuie, & la mer sans poissons,
Que ie pensasse en rien son dire veritable.

Iamais plus faulsement nul ne fust accusé
Ni l’honneur de Susanne à grand tort mesprisé.
Ah ! langue serpentine enuers tous venimeuse!

Punis, mon Dieu punis ce menteur inconstant,
Brise, accable son chef de ton fouldre esclatant,
Pour apprendre à blasmer la beauté vertueuse.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

IE penseroy plustost la mer non variable,

Le beau Prin-temps sans fleurs, le mois d’Aoust sans moissons,
Le froidureux hyuer sans neige, sans glaçons,
Et le pauure idiot aduisément croyable.

Ie penseroy plustost le bon-heur abhorrable,
L’Automne sans fruictage, & sans nulles boissons,
Le monde sans enuie, & la mer sans poissons,
Que ie pensasse en rien son dire veritable.

Iamais plus faulsement nul ne fust accusé
Ni l’honneur de Susanne à grand tort mesprisé.
Ah ! langue serpentine enuers tous venimeuse!

Punis, mon Dieu punis ce menteur inconstant,
Brise, accable son chef de ton fouldre esclatant,
Pour apprendre à blasmer la beauté vertueuse.

 

En ligne le 13/01/08.
Dernière révision le 22/04/18.