Guy Le Fèvre de LA BODERIE
(1541-1598)
Dernier poème en ligne :
1582 : Mais qui dira…
Ouvrir sur Gallica :
2 poèmes sur preambule.net :

L’Encyclie des Secrets, 1571

Diverses Mélanges poétiques, 1582





~#~







Je suis homme,

et n’ai rien

d’humanité étrange

 

 
L’abbé GOUJET, 1752
 

GUY LE FÈVRE DE LA BODERIE.

Guy le Fèvre de La Boderie ne borna pas ses études, comme Claude de Trellon, à faire des vers, et à lire seulement les exploits militaires des grands Capitaines [1] ; ce fut un Savant profond, à qui les langues Orientales, de même que le Latin, l’Italien et l’Espagnol, étaient familières, et qui fit de ses connaissances un usage utile.

La Croix-Du-Maine, Du Verdier, et tous ceux qui ont parlé de ce Savant sur la foi de ces deux Biblio­thécaires, le disent né à Falaise en Normandie ; ils se sont trompés. Le Fèvre, dans ses Divers Mélanges poétiques, imprimés en 1582, et adressés au Roi Henri III dit lui-même qu’il était né à la terre de la Boderie, lieu situé dans la Basse Normandie, sur un petit ruisseau appelé le Lambrun. Il nous apprend au même endroit qu’il naquit la veille de Saint Laurent, par conséquent le neuvième d’Août. Ô lieu plaisant, dit-il dans son Élégie à la Boderie, lieu de sa naissance,

.....Terre trois fois bénie,
Où en naissant me reçut mon génie,
En l’avant jour de S. Laurent lauré,
Jà dès le bers de laurier entouré.

Il est vrai qu’il ne marque point l’année, mais nous la trouvons dans l’inscription de son portrait qui accompagne son Encyclie, imprimée en 1571. Cette inscription porte qu’il était alors dans sa trentième année ; ainsi il était né en 1541. Jacques Le Fèvre, son père, était Seigneur de la Boderie, et il en a donné l’Épitaphe dans l’ouvrage que je viens de citer ; et dans ses Hymnes Ecclé­siastiques, il dit que sa mère se nommait Anne de Mombray. Il a eu plusieurs frères frères et sœurs, qu’il nomme dans ses mêmes Hymnes et dans ses Mélanges, savoir, Anne, Nicolas, Pierre, Antoine, Hippocras, et Jean.

[…]

L’abbé GOUJET,
Bibliothèque française,
ou Histoire de la Littérature française,
tome XIII, 1752, pp. 395-396
[Gallica, N0050656_PDF_421_422]
(texte modernisé).


________

Notes

[1] La "vie" de La Boderie succède dans la Bibliothèque de l’abbé Goujet à celle de Claude de Trellon





Liens

Études en ligne

* on peut lire, de Jean Céard, « L’héroïque et les longs poèmes de Guy Le Fèvre de La Boderie », paru en 2004 dans le numéro 11 spécial consacré à « l’héroïque » des Cahiers de Recherches Médiévales.

* on peut lire aussi en ligne le résumé de « Écrire la terre, écrire le ciel : Guy Le Fèvre de La Boderie et Peletier du Mans poètes de la terre et du ciel » intervention de Rosanna Gorris, de l’Université de Vérone, à la journée d’étude consacrée en septembre 2007 à Bordeaux à « Lire, choisir, écrire : La vulga­ri­sation des savoirs au Moyen Age et à la Renaissance ». Rosanna Gorris est par ailleurs l’éditrice moderne des Diverses Meslanges poetiques de La Boderie (Droz, 1993).

* À consulter en ligne, un très riche dossier sur la Bible polyglotte d’Anvers, à laquelle La Boderie collabora, sur le site Bible et Biblio­philie de l’Institut Catholique de Toulouse.


 


En ligne le 06/11/05.
Dernière révision le 16/11/09.