Simon GOULART (1543-1628)
Celui qui a…

«««

textes de
Gou­lart

»»»


«««

dispo­si­tion du
pré­am­bule
(vers 1-11)

»»»


«««

»»»


 

propos :
les bontés de Dieu

»»»

Celuy qui a, saoulant sa fantasie,
Voulu conter ce grand nombre de feux,
Qui de la nuict couronnent les cheueux,
La terre estant de fort somne saisie :

Cil qui conoit les hommes de l’Asie,
Voire tous ceux qui sont dessous les cieux :
Qui peut conter les flots impetueux,
Ou le sablon que la mer rassasie :

Qui a conté les fueilles des forests,
L’herbe au printemps le beau blé des guerets,
Les fruits d’Autonne, et la gresle perlee :

Ne pouroit pas du Seigneur raconter
Les grand’s bontez, que l’on voit surmonter
Tout ce qu’enclost la machine estoillee.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Celuy qui a, saoulant sa fantasie,
Voulu conter ce grand nombre de feux,
Qui de la nuict couronnent les cheueux,
La terre estant de fort somne saisie :

Cil qui conoit les hommes de l’Asie,
Voire tous ceux qui sont dessous les cieux :
Qui peut conter les flots impetueux,
Ou le sablon que la mer rassasie :

Qui a conté les fueilles des forests,
L’herbe au printemps le beau blé des guerets,
Les fruits d’Autonne, et la gresle perlee :

Ne pouroit pas du Seigneur raconter
Les grand’s bontez, que l’on voit surmonter
Tout ce qu’enclost la machine estoillee.

 

En ligne le 07/02/09.
Dernière révision le 24/03/19.