««« Rhée »»»

« Rhée » dans :
Ron­sard
1552
~ Quand au premier…
Certon
1620
~ Si vite par la plaine…

~#~
















¶ l’héritier de Rhée (Certon) : Neptune
 

Rhée. Féconde, mère des dieux, immor­telle.

Rhée fille du Ciel et de la terre, est autre­ment nommée Cybèle, de laquelle les poètes feignent tous les dieux avoir été engen­drés.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 230r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_466]
(texte modernisé).

[Voir aussi Jupin ou Ju­pi­ter.]






















«««  #  »»»

Rhee. Feconde, mere des dieux, immor­telle.

Rhee fille du Ciel & de la terre, est autre­ment nommee Cybele, de laquelle les poëtes feignent tous les dieux auoir esté engen­drez.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 230r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_466]
(texte original).

[Voir aussi Iuppin ou Iup­pi­ter.]