Joseph DU CHESNE (v. 1544-1609)
Toujours le front de nos montagnes…
Genève, Jean Durant, 1584.

Le Chœur des Soldats.

Toujours le front de nos Montagnes,
N’est pas de neige enfariné,
Toujours le fond de nos campagnes
De fleurs on ne voit couronné,
Toujours un même temps ne dure,
Après le chaud vient la froideur,
Après notre heur quelque malheur
Nous doit talonner à mesure.

Toujours la nuit est successive
À la claire torche du jour,
Bien que la pluye soit tardive,
Si suit-elle pourtant toujours
Le plus beau temps qui nous sereine :
Après le printemps vient l’hiver,
Après la faveur arriver
On voit la disgrâce soudaine.

On a vu longtemps nos cuirasses
Toutes oisives pendre aux crocs,
Enrouillées nos coutelaces
Et tout épointés nos estocs,
Il est à craindre que Bellone
Ne rompe notre longue paix,
Nous en voyons jà les effets
Par les troubles qu’elle nous donne.

[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Le Chœur des Soldats.

Toujours le front de nos Montagnes,
N’est pas de neige enfariné,
Toujours le fond de nos campagnes
De fleurs on ne voit couronné,
Toujours un même temps ne dure,
Après le chaud vient la froideur,
Après notre heur quelque malheur
Nous doit talonner à mesure.

Toujours la nuit est successive
À la claire torche du jour,
Bien que la pluye soit tardive,
Si suit-elle pourtant toujours
Le plus beau temps qui nous sereine :
Après le printemps vient l’hiver,
Après la faveur arriver
On voit la disgrâce soudaine.

On a vu longtemps nos cuirasses
Toutes oisives pendre aux crocs,
Enrouillées nos coutelaces
Et tout épointés nos estocs,
Il est à craindre que Bellone
Ne rompe notre longue paix,
Nous en voyons jà les effets
Par les troubles qu’elle nous donne.

[…] 

 

En ligne le 12/09/21.
Dernière révision le 12/09/21.