««« méde­cine ou breuvage »»»

« méde­cine » ou « breu­vage » dans :
Saint-Gelais
1547
~ J’ai trop de peine…
Du Bellay
1549
~ Ces Cheveux d’or sont les Liens…
Expil­ly
1596
~ Autant que l’Océan…
Anne de Mar­quets
1605
~ La terre ne produit…

~#~














 

Médecine ou Breuvage. Salu­taire, cordiale, amère, forte, chère, sophis­ti­quée, allé­geante, compo­sée, secou­rable, apo­thi­cai­resse, ordon­née, présente, c.-à-d. qui guérit soudai­ne­ment, fâcheuse, curable, donne-santé, appa­reil­lée, confor­ta­tive.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 161v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_329]
(texte modernisé).

[Médici­nal /-ale. Herbe, jardin, secours, vertu.]

[Voir aussi remède]






















«««  #  »»»

Medecine ou Bruuage. Salu­taire, cordiale, amere, forte, chere, sophis­ti­quee, alle­geante, compo­see, secou­rable, apo­ti­cai­resse, ordon­nee, presente, I. qui guarit soudai­ne­ment, fascheuse, curable, donne-santé, appa­reil­lee, confor­ta­tiue.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 161v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_329]
(texte original).

[Medici­nal /-ale. Herbe, iardin, secours, vertu.]

[Voir aussi remede]