OVIDE (43 av. J.-C.-17)
À leur source, profonds…
Venise, 1492.

«««

textes
d’Ovide

»»»


«««

dispo­sition du
pré­ambule
(vers 1-8)

»»»


«««

»»»


 

propos :
l’incons­tance dans l’amitié

 

ouvrir sur Gallica : Tristes, I, 8, 1-10.

À leur source, profonds, en coulant de la mer reviendront les fleuves : ses chevaux retournés, le Soleil inver­sera sa course :

la terre produira les étoiles, le ciel sera fendu à la charrue : de l’onde sortiront les flammes, et sortiront du feu les eaux :

tout ira à l’envers des lois de la nature : rien au monde ne maintiendra son cours.

Tout alors adviendra, qu’on disait impos­sible qu’il advienne, et il n’est rien en quoi on ne devra avoir foi.

Je le prédis, pour avoir été trompé par celui qui, dans mon malheur, croyais-je, me porterait secours.

[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

À leur source, profonds, en coulant de la mer reviendront les fleuves : ses chevaux retournés, le Soleil inver­sera sa course :

la terre produira les étoiles, le ciel sera fendu à la charrue : de l’onde sortiront les flammes, et sortiront du feu les eaux :

tout ira à l’envers des lois de la nature : rien au monde ne maintiendra son cours.

Tout alors adviendra, qu’on disait impos­sible qu’il advienne, et il n’est rien en quoi on ne devra avoir foi.

Je le prédis, pour avoir été trompé par celui qui, dans mon malheur, croyais-je, me porterait secours.

[…] 

 

En ligne le 13/07/07.
Dernière révision le 29/05/11.