OVIDE (43 av. J.-C.-17)
Heureux qui peut compter…
Venise, 1492.

«««

textes
d’Ovide

»»»


«««

dispo­sition du
pré­ambule
(vers 31-32)

»»»


«««

»»»


 

propos :
les douleurs de
l’exilé

»»»

ouvrir sur Gallica : Tristes, V, 1, 30-36.

[…] 

Heureux qui peut compter les peines dont il souffre:

autant il y a de jeunes branches dans les bois: autant de sable blond dans le Tibre: d’herbes tendres au champ de Mars:

autant j’ai enduré de maux: à quoi il n’y a nul remède ni repos: sinon dans l’étude: et le culte des Muses.

On me demande: Ovide à quoi mesu­reras-tu que ton poème a assez pleuré: à la fin de mon infor­tune.

[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 

Heureux qui peut compter les peines dont il souffre:

autant il y a de jeunes branches dans les bois: autant de sable blond dans le Tibre: d’herbes tendres au champ de Mars:

autant j’ai enduré de maux: à quoi il n’y a nul remède ni repos: sinon dans l’étude: et le culte des Muses.

On me demande: Ovide à quoi mesu­reras-tu que ton poème a assez pleuré: à la fin de mon infor­tune.

[…] 



 

En ligne le 06/06/05.
Dernière révision le 04/06/09.