OVIDE (Publius Ovidius Naso)
(43 av. J.-C.-17)
Dernier poème en ligne :
À leur source profonds…
Ouvrir sur Gallica :
5 extraits sur preambule.net :

Hé que ne suis-je Ovide

bien disant !

Œil tu serais un bel Astre luisant,

Main un beau lis,

crin un beau rets de soie.



Liens

L’Art d’aimer et Les Tristes en ligne

* On s’est servi, pour la révision du texte latin et la traduction des extraits de L’Art d’aimer et des Tristes, de la traduction de l’édition Nisard (vers 1840), avec le texte latin en regard, proposée par le site Itinera electro­nica de l’Uni­ver­sité Catholique de Louvain : Art d’aimer, Livre II, vers 510-519, Tristes, Livre I, élégie 8, Livre V, élégie 1, élégie 2 et élégie 6.

Liens valides au 02/06/09.


Sur Tristes Pontiques (P.O.L, 2008),
traduction des Tristes et des Pontiques par Marie Darieussecq

* Un entretien, paru dans Libé­ration le 31 décembre 2008, avec Marie Darrieussecq, sur sa traduction magni­fi­quement vivante des Tristes et des Pontiques (P.O.L, 2008), est en ligne sur une page de Fabula.

Liens valides au 02/06/09.


Ovide

* La traduction (Nisard) de l’œuvre inté­grale d’Ovide est dispo­nible à partir de la page Ovide du site remacle.org.

* La page Ovide de la Biblio­theca Classica Selecta de l’Univer­sité Catholique de Louvain propose les textes d’intro­duction et les liens les plus inté­ressants. Voir en parti­culier l’extra­or­dinaire édition illustrée des Méta­morphoses proposée par Hans-Jürgen Günther du Goethe-Gymnasium d’Emmen­dingen en Allemagne (ouvrir "Ovidius Naso" puis l’un des quinze livres au choix).

 

* Une page Nisard sur BDHL, banque de données d’histoire litté­raire ; une autre sur le site de l’Aca­démie française. On peut préférer démolir Nisard (Minuit, 2006) avec Éric Chevillard.

Liens valides au 14/10/16.




En ligne le 24/03/05.
Dernière révision le 14/10/16.