Salomon CERTON (1552-v.1620)
Prés verdis de gazons…

L

PRés verdis de gazons, vous que va fendant Aare
Au cours précipité, prés qui enceinturez
D’un honneur bigarré ces antres retirés
Où mainte Hamadryade et maint Faune s’égare :

Orrez-vous point ma voix en ces nouveautés rare,
Voix dont j’ai vos esprits fantastics honorés ?
Vous serai-je ennuyeux, vous que j’ai désirés
Ornements et sujets dont mes chansons je pare ?

Or prés verdement beaux, si hardi j’ai conduit
Dessus votre toison au sombre d’une nuit
Une troupe séant au sommet de Permesse,

Endurez je vous pri’ que par ce nouveau son,
(Car même vos esprits en ont de moi promesse)
J’entonne dessus vous ma fantasque chanson.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 

Son­net


texte
ori­ginal


pleine page


œuvres de
Certon

dispo­nibles sur Gallica


 

L

PRés verdis de gazons, vous que va fendant Aare
Au cours précipité, prés qui enceinturez
D’un honneur bigarré ces antres retirés
Où mainte Hamadryade et maint Faune s’égare :

Orrez-vous point ma voix en ces nouveautés rare,
Voix dont j’ai vos esprits fantastics honorés ?
Vous serai-je ennuyeux, vous que j’ai désirés
Ornements et sujets dont mes chansons je pare ?

Or prés verdement beaux, si hardi j’ai conduit
Dessus votre toison au sombre d’une nuit
Une troupe séant au sommet de Permesse,

Endurez je vous pri’ que par ce nouveau son,
(Car même vos esprits en ont de moi promesse)
J’entonne dessus vous ma fantasque chanson.

 

En ligne le 07/02/14.
Dernière révision le 11/04/14.