Olivier de MAGNY (1529-1561)
Où prit l’enfant Amour…
Lyon, Jean de Tournes, 1555.

Où prit l’enfant Amour le fin or qui dora
En mille crêpillons ta tête blondissante ?
En quel jardin prit-il la rose rougissante
Qui le lis argenté de ton teint colora ?

La douce gravité qui ton front honora,
Les deux rubis balais de ta bouche alléchante,
Et les rais de cet œil qui doucement m’enchante
En quel lieu les prit-il quand il t’en décora ?

D’où prit Amour encor ces filets et ces laisses,
Ces haims et ces appâts que sans fin tu me dresses
Soit parlant ou riant ou guignant de tes yeux ?

Il prit d’Herme, de Cypre, et du sein de l’Aurore,
Des rayons du Soleil, et des Grâces encore,
Ces attraits et ces dons, pour prendre hommes et Dieux.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Où prit l’enfant Amour le fin or qui dora
En mille crêpillons ta tête blondissante ?
En quel jardin prit-il la rose rougissante
Qui le lis argenté de ton teint colora ?

La douce gravité qui ton front honora,
Les deux rubis balais de ta bouche alléchante,
Et les rais de cet œil qui doucement m’enchante
En quel lieu les prit-il quand il t’en décora ?

D’où prit Amour encor ces filets et ces laisses,
Ces haims et ces appâts que sans fin tu me dresses
Soit parlant ou riant ou guignant de tes yeux ?

Il prit d’Herme, de Cypre, et du sein de l’Aurore,
Des rayons du Soleil, et des Grâces encore,
Ces attraits et ces dons, pour prendre hommes et Dieux.

 

En ligne le 06/01/22.
Dernière révision le 09/01/22.