««« Sa­bée »»»

« Sabe » dans :
Chante­louve
1576
~ Autant de feuilles vertes…

~#~














 

Sabée. Odo­rante ou odo­reuse, riche, port’encens, heureuse, lointaine, embau­mée, éthio­pienne, précieuse, odo­ri­fé­rante, parfu­mée.

La Sabée est une région voisine de l’Ara­bie heureuse, ainsi dite à cause de la ville nommée Sabe, assise sur une montagne, qui fut la cité métro­po­li­taine et capi­tale d’Éthio­pie. Elle abonde en myrrhe, canelle et encens, et dit-on que jadis y croissait la plante, de laquelle on tirait le baume.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 236r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_478]
(texte modernisé).

[Sabéan /-anne. Encens, odeur bonne.]






















«««  #  »»»

Sabee. Odo­rante ou odo­reuse, riche, port’-encens, heureuse, loingtaine, embas­mee, æthio­pienne, precieuse, odo­ri­fe­rante, parfu­mee.

La Sabee est vne region voisine de l’Ara­bie heureuse, ainsi dite à cause de la ville nommee Sabe, assise sur vne montagne, qui fut la cité metro­po­li­taine & capi­tale d’Æthio­pie. Elle abonde en myrrhe, canelle & encens, & dict on que iadis y croissoit la plante, de laquelle on tiroit le baume.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 236r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_478]
(texte original).

[Sabean /-anne. Encens, odeur bonne.]