Marc Papillon de LASPHRISE (1555-1599)
Qui veut nombrer…
Paris, Jean Gesselin, 1597.

[…] 

Traître en Amour, femme infâme, impudique,
Hé ! qui t’a fait si chienne et si lubrique

D’avoir tant de mignons ?
Ne te baillai-je assez grande délice
En m’engouffrant dans ton vieil précipice,

La mort aux compagnons ?

Si l’on te dit, ton serviteur fidèle
Pour t’aimer trop tombe en langueur mortelle,

Tu dis qu’il n’est bien né,
Et qu’il est plein d’un mal qui le chagrine,
Mais touche-là conquête séjanine

Tu lui as donc donné.

Qui veut nombrer les cautèles maudites,
Les cruautés de tes fureurs dépites,

Que l’on sent quelquefois,
Compte plutôt les couleurs Printanières,
Les gouttes d’eau des mers et des rivières,

Et les feuilles des bois.

[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 

Traître en Amour, femme infâme, impudique,
Hé ! qui t’a fait si chienne et si lubrique

D’avoir tant de mignons ?
Ne te baillai-je assez grande délice
En m’engouffrant dans ton vieil précipice,

La mort aux compagnons ?

Si l’on te dit, ton serviteur fidèle
Pour t’aimer trop tombe en langueur mortelle,

Tu dis qu’il n’est bien né,
Et qu’il est plein d’un mal qui le chagrine,
Mais touche-là conquête séjanine

Tu lui as donc donné.

Qui veut nombrer les cautèles maudites,
Les cruautés de tes fureurs dépites,

Que l’on sent quelquefois,
Compte plutôt les couleurs Printanières,
Les gouttes d’eau des mers et des rivières,

Et les feuilles des bois.

[…] 

 

En ligne le 09/09/09.
Dernière révision le 15/11/16.