Claude GARNIER (?-v. 1630)
Par le milieu…
Paris, Gilles Robinot, 1609.

Par le milieu d’vn pertuy quelquesfois
On voit grand’ choze, vn fleuue, vne riuiere,
Vn tertre, vn mont, vne campagne entiere,
Vne foraît, des chateaus & des bois.

En tes beaus yeus, tout de méme, ie vois
Choze bien grande, en tes yeus (ma guerriere)
Dont la splandeur & la viue lumiere
Paissent mon cœur de cent biens à la fois.

I’y voy les Cieus & toutes leurs essances,
I’y voy les Dieus & toutes leurs puissances,
I’y voy la grace & i’y voy la beauté :

I’y voy des Cams herissez de gens-darmes,
Bref, en tes yeus qui me font tant d’alarmes,
I’y voy le monde & son infinité.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Par le milieu d’vn pertuy quelquesfois
On voit grand’ choze, vn fleuue, vne riuiere,
Vn tertre, vn mont, vne campagne entiere,
Vne foraît, des chateaus & des bois.

En tes beaus yeus, tout de méme, ie vois
Choze bien grande, en tes yeus (ma guerriere)
Dont la splandeur & la viue lumiere
Paissent mon cœur de cent biens à la fois.

I’y voy les Cieus & toutes leurs essances,
I’y voy les Dieus & toutes leurs puissances,
I’y voy la grace & i’y voy la beauté :

I’y voy des Cams herissez de gens-darmes,
Bref, en tes yeus qui me font tant d’alarmes,
I’y voy le monde & son infinité.

«««       »»»
 

En ligne le 30/03/14.
Dernière révision le 16/10/18.