Guillaume DU BUYS (v. 1520-1594)
Comme on ne compte point…
Paris, Guillaume Bichon, 1585.

COmme on ne compte point les roses printannieres,

Les raisins en automne, & les grains en esté,
Les glaçons en hyuer, qui le cours arresté,
Rendent souuent des flots es coulantes riuieres:

Comme on ne compte point les peines iournalieres,
Dont l’auare se plaist à estre tourmenté,
Et moins les vains pensers d’vn cerueau esuenté
Qui, apres les forneaux, se grille les paupieres:

Aussi ne scauroit on vous auoir raconté
L’ennuy que nous auons, à bon droit supporté
Durant vostre voyage & bien fascheuse absence:

Qu’on compte, doncq, plustost, prelat, ces pensers vains,
Peines, raisins, glaçons, roses auecq les grains,
Que perdre vn si long temps vostre chereprésence.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

COmme on ne compte point les roses printannieres,

Les raisins en automne, & les grains en esté,
Les glaçons en hyuer, qui le cours arresté,
Rendent souuent des flots es coulantes riuieres:

Comme on ne compte point les peines iournalieres,
Dont l’auare se plaist à estre tourmenté,
Et moins les vains pensers d’vn cerueau esuenté
Qui, apres les forneaux, se grille les paupieres:

Aussi ne scauroit on vous auoir raconté
L’ennuy que nous auons, à bon droit supporté
Durant vostre voyage & bien fascheuse absence:

Qu’on compte, doncq, plustost, prelat, ces pensers vains,
Peines, raisins, glaçons, roses auecq les grains,
Que perdre vn si long temps vostre chere presence.

 

En ligne le 13/09/06.
Dernière révision le 03/06/19.