Guillaume DU BUYS
(v.1520-1594)
Dernier texte en ligne :
1585 : De notre Odet…
 
Ouvrir sur Gallica :
4 textes sur preambule.net :

Tout renfrogné d’un pâlissant mésaise,
Chagrin, dépit, & terni de langueur,
Je sens en moi bondir un crève-cœur…

Pour néant sert celui qui n’est en grâce.


 


L’abbé GOUJET, 1752
 

GUILLAUME DU BUYS.

Nos deux anciens Biblio­thécaires qui m’ont appris quelques circonstances sur la vie de Nouvellet, se taisent sur Guillaume Du Buys [1]. La Croix-Du-Maine ne l’a même pas nommé, et Du Verdier n’en dit pas un mot. Les ouvrages de l’Auteur vont suppléer au silence de l’un et aux omissions de l’autre.

Guillaume Du Buys était du Quercy ; et il avait résidé assez longtemps dans sa patrie pour s’y faire aimer, et en être regretté lorsqu’il en sortit. C’est ce que je lis dans un Sonnet qu’Étienne Du Pré lui adressa. Du Buys aban­donna le Quercy pour se retirer à Toulouse, où il paraît, par le même Sonnet, qu’il remporta quelque prix de poésie à l’Aca­démie des Jeux Floraux. Ensuite, quittant encore Toulouse, il alla faire son séjour en Bretagne, où il se fixa. Je ne sais de quelle Province il partit pour visiter l’Italie. Je vois seulement qu’il était à Rome au mois de Juin 1559, et qu’il n’en était pas encore sorti lorsque Henri II mourut le sixième de Juillet de la même année.

[…]

L’abbé GOUJET,
Bibliothèque française,
ou Histoire de la Littérature française,
tome XIII, 1752, pp. 214-215
[Gallica, N0050656_PDF_240_241].


________

Notes

[1] La "vie" de Du Buys succède dans la Bibliothèque de l’abbé Goujet à celle de Claude Étienne Nouvellet.




En ligne le 13/09/06.

Dernière révision le 23/12/09.