Guillaume DU BARTAS (1544-1590)
L’oiseleur, le pêcheur…
Paris, Jean Février, 1578.
ouvrir sur Gallica : Premier jour, p. 19.

[…] 
L’oiseleur, le pêcheur, le veneur ne tend pas
Tant et tant de gluaux, d’hameçons, et de lacs
Aux oiseaux, aux poissons, aux animaux sauvages,

Qui n’ont autre logis que les déserts bocages :
Que ce malin Esprit tend d’engins pour tromper
Ceux même qui ne font métier que de piper.

Avec l’attrait mignard d’un bel œil il attrape
Le bouillant jouvenceau : l’argent lui sert de trappe
Pour prendre l’usurier : par l’accueil gracieux
D’un Prince, il va trompant l’Esprit ambitieux.
Il gagne avec l’appât de cent doctrines vaines
Ceux qui foulent aux pieds les richesses humaines.
[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 
L’oiseleur, le pêcheur, le veneur ne tend pas
Tant et tant de gluaux, d’hameçons, et de lacs
Aux oiseaux, aux poissons, aux animaux sauvages,

Qui n’ont autre logis que les déserts bocages :
Que ce malin Esprit tend d’engins pour tromper
Ceux même qui ne font métier que de piper.

Avec l’attrait mignard d’un bel œil il attrape
Le bouillant jouvenceau : l’argent lui sert de trappe
Pour prendre l’usurier : par l’accueil gracieux
D’un Prince, il va trompant l’Esprit ambitieux.
Il gagne avec l’appât de cent doctrines vaines
Ceux qui foulent aux pieds les richesses humaines.
[…] 

 

En ligne le 18/06/18.
Dernière révision le 18/06/18.