Marc Claude de BUTTET (v. 1530-1586)
Il était nuit…
Paris, Michel Fezandat, 1561.
ouvrir sur Gallica : L’Amalthée, f° 104v°.

Il étoit nuit, & dormant pensois estre
Dans vn grand bois, qu’a cours ialloi brossant
De çà, de là, vn fier senglier chassant
Auec Diane, & sa bande champestre.

Il me sembla que lá vint m’apparoitre
Mon Amalthée, vn bel arc enfonçant.
Et i’étoi Nymphe au long poil iaunissant,
Fors de ce point qui fet l’homme connoitre.

Puis dans vn roch feutré de verte mousse,
Elle faisant vn cheuet de sa trousse
Me dit, ma seur prenons ici seiour.

I’épioi lors vn plus grand bien encore
Qui m’attendoit, mais l’enuieuse Aurore
Chassa mon songe, & fit venir le iour.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Il étoit nuit, & dormant pensois estre
Dans vn grand bois, qu’a cours ialloi brossant
De çà, de là, vn fier senglier chassant
Auec Diane, & sa bande champestre.

Il me sembla que lá vint m’apparoitre
Mon Amalthée, vn bel arc enfonçant.
Et i’étoi Nymphe au long poil iaunissant,
Fors de ce point qui fet l’homme connoitre.

Puis dans vn roch feutré de verte mousse,
Elle faisant vn cheuet de sa trousse
Me dit, ma seur prenons ici seiour.

I’épioi lors vn plus grand bien encore
Qui m’attendoit, mais l’enuieuse Aurore
Chassa mon songe, & fit venir le iour.

 

En ligne le 16/03/14.
Dernière révision le 09/10/19.