Pierre de RONSARD (1524-1585)
Il faisait chaud…
Paris, veuve Maurice de La Porte, 1552.
ouvrir sur Gallica : Sonnets, p. 84.

Il faisoyt chault, & le somme coulant
Se distilloyt dans mon ame songearde,
Quand l’incertain d’vne idole gaillarde,
Fut doulcement mon dormir affolant.

Panchant soubz moy son bel iuoyre blanc,
Et mitirant sa langue fretillarde,
Me baisotoit d’vne léure mignarde,
Bouche sur bouche & le flanc sus le flanc.

Que de coral, que de liz, que de roses,
Ce me sembloyt, a pleines mains descloses,
Tastay-ie lors entre deux manimentz?

Mon dieu mon dieu de quelle doulce aleine,
De quelle odeur estoyt sa bouche pleine,
De quelz rubiz, & de quelz diamantz !

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Il faisoyt chault, & le somme coulant
Se distilloyt dans mon ame songearde,
Quand l’incertain d’vne idole gaillarde,
Fut doulcement mon dormir affolant.

Panchant soubz moy son bel iuoyre blanc,
Et mitirant sa langue fretillarde,
Me baisotoit d’vne léure mignarde,
Bouche sur bouche & le flanc sus le flanc.

Que de coral, que de liz, que de roses,
Ce me sembloyt, a pleines mains descloses,
Tastay-ie lors entre deux manimentz?

Mon dieu mon dieu de quelle doulce aleine,
De quelle odeur estoyt sa bouche pleine,
De quelz rubiz, & de quelz diamantz !

 

En ligne le 09/10/19.
Dernière révision le 09/10/19.