Hugues SALEL
(1504-1553)
Dernier texte en ligne :
1540 : D’où vient ceci ?…
Ouvrir sur Gallica :
2 textes sur preambule.net :

l’harmonie et concorde

Des corps des cieux mettrai tout en discorde

 
 
 
 
L’abbé GOUJET, 1748
 

HUGUES SALEL.

Olivier de Magny avait pleu­ré la mort d’Hugues Salel avant celle de Mel­lin de Saint-Gelais[1]. Ces trois Poètes étaient amis, et s’en­cen­saient mutuel­le­ment. Salel qui a méri­té aus­si les éloges de Clé­ment Marot, naquit à Casals en Quer­cy vers l’an 1504. On ne sait rien de sa famille, ni de sa pre­mière édu­ca­tion. Livré de bonne heure à la pas­sion des vers, qui sai­sit si vio­lem­ment ceux qui sont nés pour la poé­sie, ce fut par là qu’il se fit con­naître. Ce talent lui acquit l’es­time et l’af­fec­tion du Roi Fran­cois Ier qui l’ho­no­ra de la qua­li­té de son Poète, et le com­bla de biens. Comme il avait embras­sé l’État Ecclé­sias­tique, il eut de la libé­ra­lité de ce Prince plu­sieurs bé­né­fices, entre autres l’Abbaye de Saint-Ché­ron, Ordre de saint Augus­tin, Con­gré­ga­tion de France, dans le Fau­bourg de Chartres.

[…]

L’abbé GOUJET,
Biblio­thèque fran­çaise,
ou His­toire de la Litté­ra­ture fran­çaise,
tome XII, 1748, pp. 1-2
[Gallica, NUMM-50655, PDF_4_5]
(texte modernisé).


________

Notes

[1] La « vie » de Hugues Salel fait suite, au début du tome XII de la Biblio­thèque de l’abbé Goujet, à celle de Mel­lin de Saint-Gelais qui ter­mine le tome XI.



c’est une peine

Qui grand travail, et peu d’honneur amène
(Car quoi que fasse un parfait traducteur,
Toujours l’honneur retourne à l’inventeur)

 
 
 
 

Liens

Éditions en ligne

* Une version élec­tro­nique des dix premiers livres de L’Iliade tra­duits par Salel est en ligne sur le site Iliade Odys­sée : textes, site consa­cré aux tra­duc­tions en fran­çais de l’Iliade et de l’Odys­sée à tra­vers les siècles.


 


En ligne le 01/07/13.
Dernière révision le 26/04/20.