Marc Papillon de LASPHRISE (1555-1599)
La Courtisane…
Paris, Jean Gesselin, 1597.

LA Courtisane a au moins trois Amants,

L’un pour jouir de la douce rosée,
L’autre pour être humblement courtisée,
Et cestui-ci pour avoir des présents.

Enfin les trois se trouvent malcontents,
Le premier sent sa vie malaisée,
Le second plaint sa jeunesse abusée,
Et le tiers est ruiné en dépens.

Ainsi la femme, objet de nos misères
Nous fait sentir ses douceurs bien amères,
Ce n’est que vent que de sa fermeté.

Plutôt l’Hiver se verra sans froidure,
Et le Printemps sans la gaie verdure,
Qu’elle ait son cœur en un lieu arrêté.

On peut cliquer sur les vers en relief pour voir les impossibles un à un
 
 

LA Courtisane a au moins trois Amants,

L’un pour jouir de la douce rosée,
L’autre pour être humblement courtisée,
Et cestui-ci pour avoir des présents.

Enfin les trois se trouvent malcontents,
Le premier sent sa vie malaisée,
Le second plaint sa jeunesse abusée,
Et le tiers est ruiné en dépens.

Ainsi la femme, objet de nos misères
Nous fait sentir ses douceurs bien amères,
Ce n’est que vent que de sa fermeté.

Plutôt l’Hiver se verra sans froidure,
Et le Printemps sans la gaie verdure,
Qu’elle ait son cœur en un lieu arrêté.

 

En ligne le 05/05/22.
Dernière révision le 30/08/22.