««« Pol­lux »»»

« les deux frères jumeaux [qui] l’un après l’autre vivent » ou « jumeaux Tynda­rides » dans :
Magny
1557
~ Toujours la peste aux Grecs…
La Jessée
1583
~ Que de grâce, d’attraits…

~#~














 

Pollux. Œba­lien, fils de Lède, tynda­ride, adroit, laco­nien, immortel, amy­clé­an, vaillant, escri­meur, lédé­an, spartain, guerrier, cordial, fin, adextre.

Jupi­ter féru de l’amour de Lède, prit la forme d’un Cygne, pour en avoir la jouissance. Ce qu’il eut, et de sa semence elle conçut Pollux, lequel voyant son frère Castor tué, par la permis­sion de Jupi­ter il lui fit part de son immor­ta­li­té.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 212v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_431]
(texte modernisé).

[Polluxéan. Escri­meur.]

[Voir aussi Hélène.]






















«««  #  »»»

Pollux. Oeba­lien, fils de Lede, tynda­ride, adroict, laconien, immor­tel, amy­cle­an, vaillant, escri­meur, lede­an, spartain, guerrier, cordial, fin, adextre.

Iupi­ter feru de l’amour de Lede, print la forme d’vn Cygne, pour en auoir la iouissance. Ce qu’il eut, & de sa semence elle conceut Pollux, lequel voiant son frere Castor tué[,] par la permis­sion de Iupi­ter, il lui fit part de son immor­ta­li­té.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 212v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_431]
(texte original).

[Polluxean. Escri­meur.]

[Voir aussi Helene.]