««« Cas­tor »»»

« les deux frères jumeaux [qui] l’un après l’autre vivent » ou « jumeaux Tynda­rides » dans :
Magny
1557
~ Toujours la peste aux Grecs…
La Jessée
1583
~ Que de grâce, d’attraits…

~#~














 

Castor. Amy­cléan, fils d’œuf, écuyer, dompte-poulain, tynda­ride, caval­ca­dour, volti­geur, lédéan, œba­lien, laco­nien, tynda­rien, vaillant, lacé­dé­mo­nien.

Castor fils de Lède fut conçu de la semence de Tyndare, et à cette cause était mortel. Ice­lui ayant été tué par Mélé­agre, ou (comme les autres disent) par Poly­nice, Pollux son frère qui était immor­tel, étant conçu de la semence de Jupi­ter, fut de tel amour vers lui qu’il pria Jupi­ter lui permettre de partir son immor­ta­li­té avecque lui : Ce qui lui fut accor­dé, telle­ment qu’ils vivent, et sont au ciel par rang l’un après l’autre.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 48v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_103]
(texte modernisé).

[Voir aussi Hélène.]






















«««  #  »»»

Castor. Amy­clean, fils d’œuf, escuier, domte-poulain, tynda­ride, caual­ca­dour, volti­geur, lædean, œba­lien, lato­nien [sic, pour « laco­nien »], tynda­rien, vaillant, lace­de­mo­nien.

Castor fils de Læde fut conceu de la semence de Tyndare, & à ceste cause estoit mortel. Ice­lui aiant esté tué par Mele­agre, ou (comme les autres disent) par Poly­nice, Pollux son frere qui estoit immor­tel, estant conceu de la semence de Iupi­ter, fut de tel amour vers lui qu’il pria Iupi­ter lui permettre de partir son immor­ta­li­té auecques lui: Ce qui lui fut accor­dé, telle­ment qu’ils viuent, & sont au ciel par rang l’vn apres l’autre.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 48v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_103]
(texte original).

[Voir aussi Helene.]