««« fort ou forte­resse »»»

« fort » ou « forte­resses » dans :
Ron­sard
1553
~ Avec les fleurs…
Des Autels
1553
~ Bénites soient…
La Haye
1553
~ Petite porte…
Pele­tier
1555
~ Celui qui fait aux champs…
Pontay­me­ri
1594
~ Plutôt je nombre­rais…
Certon
1620
~ Pour ravir la toison…

~#~














 

Fort, Fortesse ou Forte­resse. Inex­pu­gnable, dia­man­tin, ter­ras­sé, impre­nable, résis­tant, flan­qué, défen­sible, sûr ou assu­ré, tenable, muni, puis­sant, ferme, bas­til­lon­né, inac­ces­sible, bel­li­queux, garni, com­bat­tant, bien-bâti. Le dimi­nu­tif de fort est forte­let.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 105r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_216]
(texte modernisé).

[Fortifié. Château.]






















«««  #  »»»

Fort, Fortesse ou Forte­resse. Inex­pu­gnable, dia­man­tin, ter­ras­sé, impre­nable, resis­tant, flan­qué, deffen­sible, seur ou asseu­ré, tenable, muni, puis­sant, ferme, bas­til­lon­né, inac­ces­sible, bel­li­queus, garni, com­ba­tant, bien-basti. Le dim. de fort est forte­let.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 105r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_216]
(texte original).

[Fortifié. Chasteau.]