Joachim DU BELLAY (1522-1560)
Ô Prison douce…
Paris, Arnoul L’Angelier, 1549.

O Prison douce, ou captif ie demeure
Non par dedaing, force, ou inimitié,
Mais par les yeux de ma douce Moitié
Qui m’y tiendra iusq’à tant que ie meure.

O l’An heureux, le Moys, le Iour, & l’Heure,
Que mon cœur feut auecq’ elle allié!
O l’heureux neud, par qui i’y feu’ lié
Bien que souuent ie plaing, soupire, & pleure!

Tous prisonniers, uous etes en soucy,
Craignant la Loy, & le Iuge seuere
Moy plus heureux, ie ne suy’ pas ainsi.

Mille doulx motz, doucement exprimez,
Mil’ doulx baisers, doucement imprimez,
Sont les tormens, ou ma foy perseuere.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

O Prison douce, ou captif ie demeure
Non par dedaing, force, ou inimitié,
Mais par les yeux de ma douce Moitié
Qui m’y tiendra iusq’à tant que ie meure.

O l’An heureux, le Moys, le Iour, & l’Heure,
Que mon cœur feut auecq’ elle allié!
O l’heureux neud, par qui i’y feu’ lié
Bien que souuent ie plaing, soupire, & pleure!

Tous prisonniers, uous etes en soucy,
Craignant la Loy, & le Iuge seuere
Moy plus heureux, ie ne suy’ pas ainsi.

Mille doulx motz, doucement exprimez,
Mil’ doulx baisers, doucement imprimez,
Sont les tormens, ou ma foy perseuere.

 

En ligne le 24/10/05,
versé dans l’anthologie principale le 01/07/13.
Dernière révision le 11/11/18.