Roland BRISSET (1560-1643 ?)
Moi, méchant, que je touche…
Tours, Claude de Montr’œil et Jean Richer, 1589.

 

textes de
Brisset

»»»


 

 
 
 

 


«««

»»»


«««

propos :
la cons­tance dans la haine

»»»

[…] 
Meg. Moy, meschant, que ie touche vne dextre meurdiere
Baignée au sang Royal de mes freres & pere?
Plustost vers l’Orient le iour s’inclinera,
Plustost vers l’Occident le iour s’allumera;
Et plustost s’esteindra par concorde nouuelle,
De la neige & du feu la haine naturelle.
Scylle ioindra plustost aux champs Ausoniens
L’insulaire terroir des Caps siciliens,
Et le fuyard Euripe endormy de paresse
S’engourdira plustost sur vne fange espesse.

[…] 
 
 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 
Meg. Moy, meschant, que ie touche vne dextre meurdiere
Baignée au sang Royal de mes freres & pere?
Plustost vers l’Orient le iour s’inclinera,
Plustost vers l’Occident le iour s’allumera;
Et plustost s’esteindra par concorde nouuelle,
De la neige & du feu la haine naturelle.
Scylle ioindra plustost aux champs Ausoniens
L’insulaire terroir des Caps siciliens,
Et le fuyard Euripe endormy de paresse
S’engourdira plustost sur vne fange espesse.

[…] 
 
 

 

En ligne le 01/07/12.
Dernière révision le 09/05/18.