Agrippa d’AUBIGNÉ (1552-1630)
Veillants, aigus, subtils…
Paris, Alphonse Lemerre, 1874.

Veillants, aigus, subtils regards, cerveaux, esprits,
Tournez, venez, volez, voir, savoir et comprendre
Ce qu’avez sans avoir vu, su, ni pu apprendre,
Épié, recherché, entrepris, non appris ;
Au hardi, docte et grand quel loyer, gloire et prix
Pourrez-vous satisfaits donner, dresser et rendre
Que l’air, le feu, le Ciel ouvre, brise et fait fendre,
Qui a tant et si bien et si haut entrepris
Au sein, secret, trésor, l’âme, l’aile et l’échelle
Des Dieux, astres et Cieux, haute, heureuse, immortelle
Prétend, vole et atteint, fouille, dérobe et prend
Ce qui peut, donne et fait aise doux et utile,
Que l’œil, le sens, l’esprit voit, comprend et apprend

Le haut, le long, l’obscur, bas et bref et facile.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Veillants, aigus, subtils regards, cerveaux, esprits,
Tournez, venez, volez, voir, savoir et comprendre
Ce qu’avez sans avoir vu, su, ni pu apprendre,
Épié, recherché, entrepris, non appris ;
Au hardi, docte et grand quel loyer, gloire et prix
Pourrez-vous satisfaits donner, dresser et rendre
Que l’air, le feu, le Ciel ouvre, brise et fait fendre,
Qui a tant et si bien et si haut entrepris
Au sein, secret, trésor, l’âme, l’aile et l’échelle
Des Dieux, astres et Cieux, haute, heureuse, immortelle
Prétend, vole et atteint, fouille, dérobe et prend
Ce qui peut, donne et fait aise doux et utile,
Que l’œil, le sens, l’esprit voit, comprend et apprend

Le haut, le long, l’obscur, bas et bref et facile.

 

En ligne le 06/02/13.
Dernière révision le 06/02/12.