Jacques PELETIER du Mans (1517-1582)
Ceux qui voudront…
Lyon, Jean de Tournes, 1555.

Ceus qui voudront sɇ douloęr, qu’iz sɇ deulhɇt:
I’è, quant a moę, parfętɇ sufisancɇ:
Ie me rɇpę de diuinɇ plęsancɇ
Es troęs beautez qui an vnɇ m’akeulhɇt.

L’amɇ, l’ouiɇ e la vuɇ rɇkeulhɇt
L’anseignɇmant, la Musiquɇ e l’ęsancɇ
Dɇ son esprit, dɇ sa voęs e presancɇ:
Qu’ęt il bɇsoin quɇ plus les hommɇs veulhɇt?

Tout cɇ qui ęt an moę lɇ plus insinɇ,
Prand cɇ qui ęt d’ęllɇ tout le plus dinɇ:
E ręson veùt quɇ ręson jɇ mɇ randɇ,

Si quelquɇ chosɇ ancorɇs jɇ n’è prisɇ,
Ma Damɇ pas nɇ l’estimɇ assez grandɇ,
Pour guęrdonner ce qu’an moę ęllɇ prisɇ.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Ceus qui voudront sɇ douloęr, qu’iz sɇ deulhɇt:
I’è, quant a moę, parfętɇ sufisancɇ:
Ie me rɇpę de diuinɇ plęsancɇ
Es troęs beautez qui an vnɇ m’akeulhɇt.

L’amɇ, l’ouiɇ e la vuɇ rɇkeulhɇt
L’anseignɇmant, la Musiquɇ e l’ęsancɇ
Dɇ son esprit, dɇ sa voęs e presancɇ:
Qu’ęt il bɇsoin quɇ plus les hommɇs veulhɇt?

Tout cɇ qui ęt an moę lɇ plus insinɇ,
Prand cɇ qui ęt d’ęllɇ tout le plus dinɇ:
E ręson veùt quɇ ręson jɇ mɇ randɇ,

Si quelquɇ chosɇ ancorɇs jɇ n’è prisɇ,
Ma Damɇ pas nɇ l’estimɇ assez grandɇ,
Pour guęrdonner ce qu’an moę ęllɇ prisɇ.

 

En ligne le 02/04/13.
Dernière révision le 22/05/21.