Jacques PELETIER du Mans (1517-1582)
Cette beauté…
Lyon, Jean de Tournes, 1555.

Cetɇ beaute d’etęrnite vetuɇ,
Portant d’honneur les immortęls presans,
Rand a mes yeus les lons sieclɇs presans,
E an rondeur mes desirs pęrpetuɇ:

Ęllɇ m’anflammɇ, incitɇ e euęrtuɇ
Lɇ sans, lɇ keur, les espriz e les ans
A ces labeurs peniblɇmant plęsans,
Dɇssouz lɇ jou qui a mon gre mɇ tuɇ.

Mon feu prand forcɇ, e croęt infinimant,
Eyant trouuè son samblable alimant:
Tousjours an soę s’antrɇtient la matierɇ,

Mon feu sans cessɇ à de quoę s’alumer:
Car ęllɇ etant si durablɇ e antierɇ,
Il s’i nourrìt, san rien an consumer.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Cetɇ beaute d’etęrnite vetuɇ,
Portant d’honneur les immortęls presans,
Rand a mes yeus les lons sieclɇs presans,
E an rondeur mes desirs pęrpetuɇ:

Ęllɇ m’anflammɇ, incitɇ e euęrtuɇ
Lɇ sans, lɇ keur, les espriz e les ans
A ces labeurs peniblɇmant plęsans,
Dɇssouz lɇ jou qui a mon gre mɇ tuɇ.

Mon feu prand forcɇ, e croęt infinimant,
Eyant trouuè son samblable alimant:
Tousjours an soę s’antrɇtient la matierɇ,

Mon feu sans cessɇ à de quoę s’alumer:
Car ęllɇ etant si durablɇ e antierɇ,
Il s’i nourrìt, san rien an consumer.

 

En ligne le 05/01/14.
Dernière révision le 22/05/21.