««« proie »»»

« proie » dans :
Tyard
1549
~ Doux de ces yeux…
Du Bellay
1558
~ Nouveau venu…
Gadou
1573
~ Ces cheveux d’or…
Pon­toux
1585
~ Tant puissante est l’ardeur…
Vatel
1601
~ Si l’on voit chan­ce­ler…

~#~














 

Proie. Étrange ou étran­gère, ra­vie, chère, pro­fi­table, lar­ronne ou lar­ron­nesse, opu­lente, bu­tinée, ra­pi­neuse, cap­tive.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 221r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_448]
(texte modernisé).

[Porte-proie. Dos.]

[Proie des hommes. Malheur.]

[Proie du temps. Homme.]

[Voir aussi milan et bu­tin, dé­pouille.]


 

«««  #  »»»

Proye. Estrange ou estran­gere, ra­uie, chere, pro­fi­table, lar­ronne ou lar­ron­nesse, opu­lente, bu­ti­nee, ra­pi­neuse, cap­tiue.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 221r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_448]
(texte original).

[Porte-proïe. Dos.]

[Proie des hommes. Mal­heur.]

[Proie du temps. Homme.]

[Voir aussi milan et bu­tin, des­pouille.]