Salomon CERTON (1552-v.1620)
Mignards, doux, gracieux…

H

MIgnards, doux, gracieux, courtois, aventureux,
Esprits de la nuit sombre, ô démons, si ma joie
Dépend toute de vous, et si je vous déploie
Mes vers, mon passe-temps, mon bien plus doucereux,

Esprits mon doux plaisir, mon ébat amoureux,
Si pour vous je me plais à cette nuit tant coie,
N’engardez qu’à mon gré curieux je ne voie
Le rond de votre bal dont je suis désireux :

Quelque verve peut-être éclatant de la note
Que fredonne en ces prés la bande qui ballotte
Me fera mille vers non ouïs entonner :

Car encor que je sois trop bas pour telle gloire,
Étant enflé de vous, j’oserai me donner
Un espoir nourricier d’une longue mémoire.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 

Son­net


texte
ori­ginal


pleine page


œuvres de
Certon

dispo­nibles
sur Gallica


 

H

MIgnards, doux, gracieux, courtois, aventureux,
Esprits de la nuit sombre, ô démons, si ma joie
Dépend toute de vous, et si je vous déploie
Mes vers, mon passe-temps, mon bien plus doucereux,

Esprits mon doux plaisir, mon ébat amoureux,
Si pour vous je me plais à cette nuit tant coie,
N’engardez qu’à mon gré curieux je ne voie
Le rond de votre bal dont je suis désireux :

Quelque verve peut-être éclatant de la note
Que fredonne en ces prés la bande qui ballotte
Me fera mille vers non ouïs entonner :

Car encor que je sois trop bas pour telle gloire,
Étant enflé de vous, j’oserai me donner
Un espoir nourricier d’une longue mémoire.

 

En ligne le 01/02/17.
Dernière révision le 01/02/17.