Joachim BLANCHON (?-?)
J’aurais plus tôt compté…
Paris, Thomas Périer, 1583.

«««

textes de
Blanchon

 


«««

dispo­sition du
pré­ambule
(vers 1-2)

»»»


«««

»»»


«««

propos :
les grâces de la femme

»»»

J’aurais plus tôt compté le Troupeau d’Amphitrite
Ou les traits Déliens, ou les Flambeaux des Cieux,
Que le nombre infini des Rayons gracieux,
De ce Sexe connu qui de tous dons hérite.

Sa Vertu, sa Valeur, et sa Gloire est écrite,
Pour Argument d’honneur de tous les siècles vieux,
Tant les fameux Romains, les Grecs, et les Hébreux,
Dans leurs Temples sacrés ont gravé son mérite.

Las ? qui le peut haïr ? quel Zoïle nouveau,
Ou quel Môme ( merlin ) se trouble le Cerveau,
Dédaignant sa valeur qui de soi se renomme ?

Estimons le beau fruit, que les Anciens ont fait,
Suivant le bon Conseil de ce sexe parfait,
Et remarquons son los aux saintes lois de Rome.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

J’aurais plus tôt compté le Troupeau d’Amphitrite
Ou les traits Déliens, ou les Flambeaux des Cieux,
Que le nombre infini des Rayons gracieux,
De ce Sexe connu qui de tous dons hérite.

Sa Vertu, sa Valeur, et sa Gloire est écrite,
Pour Argument d’honneur de tous les siècles vieux,
Tant les fameux Romains, les Grecs, et les Hébreux,
Dans leurs Temples sacrés ont gravé son mérite.

Las ? qui le peut haïr ? quel Zoïle nouveau,
Ou quel Môme ( merlin ) se trouble le Cerveau,
Dédaignant sa valeur qui de soi se renomme ?

Estimons le beau fruit, que les Anciens ont fait,
Suivant le bon Conseil de ce sexe parfait,
Et remarquons son los aux saintes lois de Rome.

 

En ligne le 05/04/10.
Dernière révision le 22/11/16.