Pierre de CORNU (1558-1622)
Plutôt du ciel astré…
Lyon, Jean Huguetan, 1583.

«««

textes de
Cornu

»»»


«««

dispo­si­tion du
pré­am­bule
(vers 1-11)

»»»


«««

»»»


«««

propos :
la constance
dans l’amitié

 

Plustost du ciel astré le mesuré contour
Bridera de son cours la vistesse nombreuse,
Plustost du clair soleil la lampe radieuse,
Offusquant ses raisons, nous priuera du iour:

Plustost l’astre nuital ne fera son retour
Apres auoir caché sa face lumineuse:
Plustost les citoiens de la mer poissonneuse
Sortiront à monceaux de leur moite seiour:

Plustost aussi les champs en la chaleur ardante
Ne se tapisseront d’vne herbe verdoiante,
Et les arbres mourront sentans venir l’esté:

Auant (mon cher amy) que i’aye en oubliance,
Quoy qu’on sçache parler la sainte confiance:
Que i’ay tousiours conceu de ta fidelité.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Plustost du ciel astré le mesuré contour
Bridera de son cours la vistesse nombreuse,
Plustost du clair soleil la lampe radieuse,
Offusquant ses raisons, nous priuera du iour:

Plustost l’astre nuital ne fera son retour
Apres auoir caché sa face lumineuse:
Plustost les citoiens de la mer poissonneuse
Sortiront à monceaux de leur moite seiour:

Plustost aussi les champs en la chaleur ardante
Ne se tapisseront d’vne herbe verdoiante,
Et les arbres mourront sentans venir l’esté:

Auant (mon cher amy) que i’aye en oubliance,
Quoy qu’on sçache parler la sainte confiance:
Que i’ay tousiours conceu de ta fidelité.

 

En ligne le 28/08/07.
Dernière révision le 17/12/19.