««« écar­late »»»

« écar­late » dans :
Mar­beuf
1628
~ Beau corail soupi­rant…

~#~














 

Écarlate. Pourprée ou pour­prine, vive, azu­rée, rouge, cardi­nale, bleue, turquoise ou tur­quine, riche, perse, gobe­line, pari­sienne, magni­fique, noble, pom­peuse, seigneu­riale, précieuse, honnête ou ho­no­rable, fine, brave, recto­riale, conseil­lère.

La graine d’Écar­late est rouge, laquelle n’ayant qu’un an rend la teinture blafarde, et quand elle en a quatre, lors a perdu sa vertu : de sorte que pour l’avoir bonne il ne la faut prendre ni jeune ni vieille.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 91r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_188]
(texte modernisé).

[Écarlatin /-ine. Couleur, drap ou dra­pe­rie, giro­flée, vermil­lon.]

[Voir aussi pourpre.]






















«««  #  »»»

Escarlate. Pourpree ou pour­prine, viue, azu­ree, rouge, cardi­nale, bleuë, turquoise ou tur­quine, riche, perse, gobe­line, pari­sienne, magni­fique, noble, pom­peuse, seigneu­riale, pretieuse, honeste ou ho­no­rable, fine, braue, recto­riale, conseil­lere.

La graine d’Escar­late est rouge, laquelle n’aiant qu’vn an rend la teinture blaffarde, & quand elle en a quatre, lors a perdu sa vertu : de sorte que pour l’auoir bonne il ne la faut prendre ni ieune ni vieille.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 91r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_188]
(texte original).

[Escarlatin /-ine. Couleur, drap ou dra­pe­rie, giro­flee, vermil­lon.]

[Voir aussi pourpre.]








Liens

* Pour voir des « graines d’écar­late », comme La Porte désigne le kermès des teintu­riers, coche­nille para­site du chêne kermès, on peut regar­der les teintures précieuses de la Médi­ter­ranée, page d’un dossier en ligne du CNRS.

Liens valides au 13/04/19.