Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« Ariane »»»

« Ariane » dans :
La Jessée
1583
~ Qui comme une Ariane…

~#~














 

Ariane. Insensée, minoïde, gnosienne, crétoise, indus­trieuse.

Ariane fut fille de Minos roi de Crète et de Pasi­phaé, par le secours et moyen de laquelle, Thésée se dépêtra du labyrinthe et se sauva du Mino­taure. Puis après icelui retournant en son pays l’enleva de la maison de son père, et oubliant le premier bienfait qu’il avait reçu d’elle, fut si déloyal qu’une nuit se dérobant secrè­tement la laissa seule et éplorée dans une petite île nommée Die, à la merci des bêtes sauvages. On dit que du depuis Bacchus la prit pour sa femme.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 22r°v° [Gallica, N0050715_PDF_50_51]
(texte modernisé).























Ariadne. Insensee, minoide, gnosienne, cretoise, indus­trieuse.

Ariadne fut fille de Minos roi de Crete & de Pasi­phaë, par le secours & moien de laquelle, Thesee se despestra du labyrinth & se sauua du Mino­taure. Puis apres icelui retournant en son païs l’enleua de la maison de son pere, & oubliant le premier bien fait qu’il auoit receu d’elle, fut si desloial qu’vne nuit se desrobant secre­tement la laissa seule & esploree dans vne petite isle nommee Die, à la merci des bestes sauuages. On dit que du depuis Bacchus la print pour sa femme.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 22r°v° [Gallica, N0050715_PDF_50_51]
(texte original).