Pierre de RONSARD (1524-1585)
Ô doux parler… (1552)
Paris, veuve Maurice de La Porte, 1552, p. 28 [←Gallica].

O doulx parler, dont l’appast doulcereux
Nourrit encor la faim de ma memoire,
O front, d’Amour le Trophée & la gloire,
O riz sucrez, o baisers sauoureux.

O cheueulx d’or, o coustaulx plantureux
De liz d’œilletz, de Porphyre, & d’iuoyre,
O feuz iumeaulx dont le Ciel me fit boyre
A si longs traitz le venin amoureux.

O vermeillons, o perlettes encloses,
O diamantz, o liz pourprez de roses,
O chant qui peulx les plus durs esmouoyr,

Et dont l’accent dans les ames demeure.
Et dea beaultez, reuiendra iamais l’heure
Qu’entre mes braz ie vous puisse r’auoyr?

Ô doux parler… (1553)
Paris, veuve Maurice de La Porte, 1553, p. 66 [←Gallica].

O Dous parler, dont l’apât doucereus
Nourrit encor la faim de ma memoire,
O front, d’Amour le Trofée & la gloire,
O ris sucrés, O baisers sauoureus:

O cheueus d’or, O coutaus plantureus
De lis, d’œillets, de Porfyre, & d’iuoire,
O feus iumeaus dont le ciel me fit boire
A si lons traits le venin amoureus.

O vermeillons, O perlettes encloses,
O diamans, O lis pourprés de roses,
O chant qui peus les plus durs emouuoir,

Et dont l’accent dans les ames demeure:
Et dea beautés reuiendra iamais l’heure
Qu’entre mes bras ie vous puisse rauoir?

Ô doux parler… (1567)
Paris, Gabriel Buon, 1567, f° 35v° [←Gallica].

O Doux parler, dont l’apast doucereux
Nourrit encor la fin de ma memoire,
O front, d’Amour le Trofée & la gloire,
O doux souris, O baisers sauoureux:

O cheueux d’or, O coutaux plantureux
De liz, d’œillets, de Porfyre, & D’iuoire,
O feux iumeaux dont le ciel me fit boire
A si lons traits le venin amoureux.

O vermeillons, O perlettes encloses,
O diamans, O liz pourprez de roses,
O chant qui peux les Scythes émouuoir,

Et dont l’accent dans les ames demeure:
Et dea beautez reuiendra iamais l’heure
Qu’entre mes bras ie vous puisse rauoir?

Ô doux parler… (1578)
Paris, Gabriel Buon, 1578, pp. 82-83 [←Gallica].

O Doux parler, dont l’apast doucereux
Nourrit tousiours la faim de ma memoire:
O front, d’Amour le Trofee & la gloire,
O doux souris, O baisers sauoureux:

O cheueux d’or, O coutaux plantureux
De liz, d’œillets, de porfyre, & d’iuoyre:
O feux iumeaux, dont le ciel me fit boire
A si longs traits le venin amoureux:

O vermeillons, O perlettes encloses,
O diamans, O liz pourprez de roses,
O chant qui peux émouuoir vn Lion,

Et dont l’accent nos ames vient espoindre:
O corps parfait, de tes beautez la moindre
Merite seule vn siege d’Ilion
.

























Ô doux parler… (1553)
Paris, veuve Maurice de La Porte, 1553, p. 66 [←Gallica].

O Dous parler, dont l’apât doucereus
Nourrit encor la faim de ma memoire,
O front, d’Amour le Trofée & la gloire,
O ris sucrés, O baisers sauoureus:

O cheueus d’or, O coutaus plantureus
De lis, d’œillets, de Porfyre, & d’iuoire,
O feus iumeaus dont le ciel me fit boire
A si lons traits le venin amoureus.

O vermeillons, O perlettes encloses,
O diamans, O lis pourprés de roses,
O chant qui peus les plus durs emouuoir,

Et dont l’accent dans les ames demeure:
Et dea beautés reuiendra iamais l’heure
Qu’entre mes bras ie vous puisse rauoir?

Ô doux parler… (1567)
Paris, Gabriel Buon, 1567, f° 35v° [←Gallica].

O Doux parler, dont l’apast doucereux
Nourrit encor la fin de ma memoire,
O front, d’Amour le Trofée & la gloire,
O doux souris, O baisers sauoureux:

O cheueux d’or, O coutaux plantureux
De liz, d’œillets, de Porfyre, & D’iuoire,
O feux iumeaux dont le ciel me fit boire
A si lons traits le venin amoureux.

O vermeillons, O perlettes encloses,
O diamans, O liz pourprez de roses,
O chant qui peux les Scythes émouuoir,

Et dont l’accent dans les ames demeure:
Et dea beautez reuiendra iamais l’heure
Qu’entre mes bras ie vous puisse rauoir?

Ô doux parler… (1578)
Paris, Gabriel Buon, 1578, pp. 82-83 [←Gallica].

O Doux parler, dont l’apast doucereux
Nourrit tousiours la faim de ma memoire:
O front, d’Amour le Trofee & la gloire,
O doux souris, O baisers sauoureux:

O cheueux d’or, O coutaux plantureux
De liz, d’œillets, de porfyre, & d’iuoyre:
O feux iumeaux, dont le ciel me fit boire
A si longs traits le venin amoureux:

O vermeillons, O perlettes encloses,
O diamans, O liz pourprez de roses,
O chant qui peux émouuoir vn Lion,

Et dont l’accent nos ames vient espoindre:
O corps parfait, de tes beautez la moindre
Merite seule vn siege d’Ilion
.

Ô doux parler… (1584)
Paris, Gabriel Buon, 1584, p. 28 [←Gallica].

O Doux parler dont les mots doucereux

Sont engrauez au fond de ma memoire:
O front, d’Amour le Trofée & la gloire,
O doux souris, O baisers sauoureux:

O cheueux d’or, O coutaux plantureux,
De lis, d’œillets, de porfyre, & d’yuoire:
O feux iumeaux d’où le Ciel me fit boire
A si longs traits le venin amoureux:

O dents, plustost blanches perles encloses,
Léures, rubis, entre-rangez de roses,
O voix qui peux adoucir vn Lion,

Dont le doux chant l’oreille me vient poindre:
O corps parfait, de tes beautez la moindre
Merite seule vn siege d’Ilion
.

























textes originaux
[R]

 

En ligne le 09/02/13.
Dernière révision le 26/03/17.